Interview Johanna Zaïre

103818162Interview de Johanna Zaïre
Son métier d’écrivaine et son nouveau roman

Avec plusieurs cordes à son arc, Johanna Zaïre évolue dans plusieurs domaines : l’écriture, la musique et le théâtre. En 2006, elle publie un recueil de poèmes intitulé « Obscur Clarté » aux Éditions du Panthéon, puis elle se consacre uniquement à la musique, parcourant des groupes pop rock en tant que chanteuse. C’est en 2013 qu’elle revient vers l’écriture avec « Sanatorium », un thriller qui fait l’unanimité des premiers lecteurs. Elle publiera ensuite « Trafic », un thriller romantique et s’aventurera dans l’univers du fantastique en publiant le premier tome d’une trilogie intitulée « Les Roitsy de Magara Kisi »…

…pour ensuite nous revenir avec son nouveau roman sortie le 12 septembre 2015 intitulé WWW
Soit World War Web …3254835100_1_3_ZosAB2CF
Ce titre ne laisse rien présager de
bien bon voici quelques mots …

Paris. 2035. Une montre.
Vivre traqué ou robotisé ?
Choisissez votre camp.
Découvrez notre histoire.

J’ai donc interviewé cette charmante auteure sur sa vie/ son parcours d’écrivaine et sur son nouveau roman, qui fait déjà parler de lui sur internet !

Lou-Ann: May we start? 
Johanna : Oh damn Yeah !
L : So ! Pourrais-tu me raconter comment tu as commencé à écrire ? 
J : J’ai commencé à écrire en 2006, suite à la perte d’une personne proche de moi. J’ai eu besoin de m’exprimer et surtout d’extérioriser le mal-être que je ressentais. Je me suis donc mis à écrire des poèmes. L’écriture était une échappatoire et une très bonne thérapie.
L : D’accord beaucoup de personnes voient de la même manière que toi. Cependant penses-tu que les livres peuvent l’être aussi ?
J : L’avantage des livres, comme les films, est qu’ils permettent de s’évader de partir ailleurs le temps d’une histoire. Donc oui je pense qu’ils le sont aussi. Mais je pense également, que tout ce qui touche à l’art, ou même aux passions en général est une bonne thérapie. Lorsqu’on a des problèmes ou que l’on se sent mal tout simplement, nous avons besoin de quelque chose ou d’un endroit où on est bien. Se créer une bulle, un univers autour d’une passion dans laquelle on se sent bien ne peut qu’être bénéfique.

L : Et c’est donc à partir de ce moment là tu as entamé une sorte de « combat » pour faire ta place dans le monde de la littérature comment l’as tu vécu ? As-tu eu des moments de doute ?
J : Après avoir publié mon recueil de poèmes j’en ai écris un deuxième en 2007 mais je l’ai laissé dans un placard jusqu’en 2012. Je l’ai publié en autoédition mais je n’en ai jamais vraiment parlé. J’ai tout simplement arrêté d’écrire de 2007 à 2012. Je suis revenue à l’écriture en 2012 en écrivant ma trilogie « Les Roitsy de Magara Kisi » dont le 1er tome est sorti en décembre 2014. Puis j’ai écris « Sanatorium » que j’ai auto-publié en 2013 sans grandes attentes. À ma grande surprise, il a été très bien accueilli. Je pense que tout le monde peut trouver sa place. Je ne doute plus, parce que je fais ce que j’aime et qu’à la base j’écris pour moi pas pour les autres. Écrire pour les autres n’aurait pas de sens pour moi, ce serait impersonnel. Mon but est de faire ce que j’aime et de le partager, et c’est le cas, alors mon statut actuel de petite auteure me plait. J’ai vécu des choses fabuleuses depuis 2013 et je sais que d’autres belles choses sont à l’horizon. Après il est sûr que j’aimerais pouvoir ne faire que ça de ma vie et pouvoir en vivre mais c’est une autre histoire lol(rires)
L : C’est donc une grande histoire d’amour !^^
J : Ouiiii !

“ l’idée m’est venue sur le quai du métro parisien “

L : En parlant de tes autres livres, parlons du dernier qui est sorti « WWW », comment t’es venu l’idée du thème ?
J : lol l’idée m’est venue sur le quai du métro parisien (rires), où il y avait une énorme affiche pour les montres connectées. Je n’ai pas encore vraiment compris comment fonctionne mon cerveau mais je me souviens que je me suis dis « et si en fait cette montre servait à contrôler les gens ? »
L : Ahaha comme quoi l’inspiration peux venir de part et d’autres ^^ !
J : Oui exactement 
L : Cependant quand tu as décidé de nous faire part de ce roman, avais-tu un message ou une morale en tête à nous faire passer ? 
J : Je déteste la manière dont les nouvelles technologies se répandent dans notre quotidien. Je trouve que nous sommes de plus en plus assistés et je trouve ça vraiment dommage parce qu’honnêtement nous n’en avons pas spécialement besoin. Alors oui, certainement, c’est un peu un coup de gueule contre l’addiction aux technologies actuelles. J’ai vraiment du mal à suivre toutes les nouveautés technologiques. Après je suis très enthousiaste quant aux grandes avancées technologiques en matière de physique, astronomie, médecine etc… Ce qui peut faire avancer la science en général, mais tous ces gadgets et applications dites utiles pour la vie de tous les jours m’énervent. Honnêtement, il doit y avoir plus de 20 applications dans mon dernier téléphone, j’en utilise peut-être 3 au quotidien et le reste à quoi me sert-il ? Je vous laisse deviner 😉 (rires)
L : N’est-il pas dure de voir son roman, sa création, critiqué de part et d’autres ?
J : Très bonne question ! 🙂 Je n’ai pas encore eu de critique négative de A à Z. Les critiques de mes romans que j’ai eues jusqu’ici sont toutes positives. Bien sûr il y a des points qui n’ont pas plu à certains lecteurs mais je pense qu’il ne faut pas prendre les critiques au pied de la lettre, tout simplement qu’un point négatif pour un lecteur peut être un point positif pour un autre et vice-versa. Je lis toutes les chroniques de mes lecteurs, en tout cas, toutes celles qu’on me donne ou que je trouve sur le web et je les apprécie toutes. Pas parce qu’elles sont positives mais parce qu’elles sont objectives et développées. Elles me donnent aussi parfois une vision différente de mes écris. Les mots utilisés par mes lecteurs me touchent beaucoup, ils sont leur ressentis et ils sont vrais. Je pense que même dans le négatif il y a du positif. Alors non ce n’est pas dur. En même temps, le fait de partager inclus le fait d’être critiquer alors c’est un choix à faire au départ. 🙂
L : Je suis tout à fait d’accord avec toi même si parfois certaines critiques peuvent être vraiment difficiles ! ^^ Et pour l’avenir as tu des projets d’écriture ? 
J : Étant donné que je n’ai pas trouvé le bouton « pause » sur mon cerveau, oui j’ai des tas de projets d’écriture et de musique également.
L : Super alors nous allons vous retrouver ! Sinon quel conseil donnerais-tu aux jeunes passionnés d’écriture ?
J : Un conseil pour les jeunes passionnés d’écriture : lancez-vous ! Exprimez-vous, si c’est ce que vous aimez et ce que vous voulez faire ! N’ayez pas peur de la critique parce que vos œuvres ne plairont pas à tout le monde c’est sûr, mais elles trouveront leurs lecteurs quoi qu’il arrive. Et surtout, super important : Ne baissez jamais les bras ! (sinon ça ne marche pas) 🙂
L : Un très bon conseil que voilà ! Je me permets de mentionner ce proverbe arabe qui dit “ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle“ :
Enfin, décris nous ton métier d’écrivaine en 5 mots seulement !;)
J : J’aime beaucoup ce proverbe ! Ecrivaine en 5 mots : passion, imagination, partage, aventure, insomnie 
L : Et bien merci Mademoiselle Zaïre pour cette interview qui est maintenant terminé, nous vous souhaitons de vivres encore de belles aventures ! Nous espérons avoir des nouvelles de tes prochains romans et de toi bien sûr ! 